BONS PLANS ET FUTILITÉS : EXTRAITS DE LA VIE ÜBER COOL D'UNE BRUXELLOISE DE 25 ANS

Archives d’Auteur: nrclara

Comme vous l’avez remarqué, nous subissons ce printemps un yoyo infernal de journées glaciales et estivales.  Si le Belge moyen ne se sent plus dès que le ciel est bleu et court se poser dehors comme s’il y a avait distribution gratuite de champagne, je ne fais pas partie de cette catégorie.

Ne vous méprenez pas: les journées douces sont mes préférées.  Avec 15°, je parade sur les trottoirs bruxellois avec autant d’aise qu’un mannequin surpayé en pleine fashion week.  Je peux porter un jean, des boots, une veste en cuir ou un blazer.  Je ne transpire pas comme un bœuf, mais ne me gèle pas les miches.  Tout va bien.  Non, ce que je hais, ce sont les journées à 25°, comme nous en aurons d’ici peu.

Pour vous donner le topo, j’ai des gènes nordiques, ce qui fait qu’à déjà 20°, il faut limite que je me foute à poil pour supporter ce que je vis comme une fournaise.  La couleur de ma peau est en totale adéquation avec le régime « blanc de poulet – fromage blanc » qu’il est utile de s’infliger 14 jours avant d’enfiler son maillot.  De surcroît, je ne fais pas partie de ceux dont la peau tire vers le doré, mais bien de ceux qui sont « rose cochon.

Par contre, je ne brille pas au soleil.

Par contre, je ne brille pas au soleil.

Vous ne connaissez peut-être pas les désavantages d’être aussi claire de peau, mais sachez qu’ils sont de plusieurs ordres:

1. Il y aura toujours un connard pour me demander « Pourquoi tu bronzes pas? » et à qui j’ai envie de foutre des claques.

2. Les défauts de la peau se voient beaucoup plus que sur une peau mate.  Déjà que je ne raffole pas de l’opération bikini, je n’avais pas besoin d’obstacles supplémentaires…

3.  Les couleurs estivales me font un teint de merde.

4.  Une peau blanche attire le regard, ce qui est un mauvais plan étant donné les trois points précédents.

Alors, oui, il y a des solutions, mais pas hyper satisfaisantes.  Le banc solaire, c’est cher, ça donne le cancer et ça créé des rides qui entraveront mon objectif d’être une MILF à 50 ans.  Puis, il y a l’auto-bronzant, que j’applique en effet sur mes jambes (le visage, le décolleté et les bras prennent naturellement des couleurs), mais je ne peux pas en mettre trop, sinon je risque de me faire griller, faute aux zébrures oranges.  Donc, j’assume, telle Blanche-Neige, tel Edward Cullen.  Mais ça me fait quand même bien chier.

Avoir une peau translucide, option fluorescente au soleil, n’est pas mon seul défi de l’été.  Non, je suis aussi obligée de tripler mon temps à la salle de bain!  En hiver, avec mon duvet blond, je peux zapper l’épilation des mollets pendant une durée que je ne vais pas citer ici.  Mais en été, un effort s’impose.  Pareil pour mes pieds: laissés toute l’année à l’abandon comme ce légume occupé à pourrir dans le fond de votre frigo, il faut soudain les exhiber en sandales. Fuck.

Puis, l’été, ce n’est vraiment pas fairplay pour les complexés!  Genre, pour les gens qui n’aiment pas leurs bras… Si le problème est gérable le reste de l’année (sauf quand on vous tague sur une photo Facebook où votre bras parait super fat – ne niez pas, ça arrive à même aux meilleurs), c’est plus difficile en débardeur à fines bretelles.  Ou pour ceux qui font la guerre à leurs jambes! « Non, non, je te jure, je n’ai pas trop chaud avec ce jean! », assurez-vous au énième connard qui vous demande pourquoi vous ne portez pas un SHORT.  Bref, on pourrait encore citer des exemples, mais je propose plutôt une minute de silence où chacun va visualiser ses propres complexes et prier une divinité quelconque pour qu’ils disparaissent d’ici le 1er mai, c’est-à-dire mercredi.

Mais les malheurs ne s’arrêtent pas là!  Vous pensiez détourner le regard de vos complexes en laissant votre chevelure de rêve flotter au vent, en portant des accessoires dernier cri à la Sienna Miller?  Que vous êtes naïfs!  En fait, vous transpirez tellement que vous êtes obligée d’attacher vos cheveux, vos doigts ont tellement gonflé que porter de grosses bagues pour un look « ethnic chic » est inconcevable (le collier plastron ne vous évoque, lui non plus, rien de confortable) et porter un slim de couleur super en vogue correspond à une séance de sauna.

Jessica Alba supporte mieux l'été que moi!

Jessica Alba supporte mieux l’été que moi!

Pour terminer, j’aimerais faire une spéciale casse-dédi à tous les moustiques qui me prennent pour un pot de Häagen-Dazs et leur dire d’aller bien se faire foutre.  Ainsi qu’aux autres insectes qui foutent grave les boules.

Sur ce, je vous laisse, je vais aller profiter de cette journée tempérée (à 7°, me dit mon smartphone).

 

 

 

 

Publicités

On ne dirait pas comme ça, mais question beauté, je ne me foule pas trop.  Genre remettre une couche de maquillage sur celui de la veille me semble tout à fait normal, et j’envisage le shampoing comme une option luxe pour les matins où je ne me lève pas à l’heure à laquelle je devrais prendre le tram.  Alors les crèmes hydratantes, les soins à la kératine et tous ces bazars finissent par attendre leur date de péremption, seuls et délaissés, envahis par les poussières de ma salle de bain.

tumblr_mcy3m9gCjv1r8l20v

Sauf que l’autre jour, mon amie Carole me file un flacon de Mythic Oil de L’Oréal Professionnel, me demandant d’écrire une critique pour son blog.  Elle l’a reçu gratuitement d’un monsieur qui veut surement qu’on vante les mérites de son produit sur la toile (et c’est ce que font 99,98% des bloggeuses afin de recevoir de nouveaux joujoux gratos).  Bref, je prends mon job très au sérieux, un peu comme si j’étais une rédactrice super hype chez Elle.

tumblr_m9ty9gfHLG1rx1z4mo1_400

Je suis sûre que vous aussi, votre salle de bain a l’air tout droit sortie d’une pub Magnum.

Si l’emballage du produit indique « Huile nutritive – Tous types de cheveux », une petite recherche sur Internet m’a permis de trouver la promesse du produit, rédigée par un copy qui a un peu craqué son slip: « Un nouveau mythe est né.  L’alliance de deux huiles d’exception, l’huile d’avocat et de pépins de raisin sertit les cheveux d’un éclat légendaire. En quelques gouttes le mystère est révélé, la fibre est profondément nourrie, et parfaitement maîtrisée. » (Gars, apprends à bien placer tes virgules, c’est ton joooooob! :-))

Ce que je retiens, c’est que la fibre est nourrie, et ça, c’est utile quand on a, comme moi, les longueurs desséchées par une décolo.  J’avais déjà vu mon coiffeur en utiliser pour lustrer mes longueurs après le séchage, donc je supposais que c’était un bon produit, mais comme je n’avais que moyennement confiance en mes capacités de dosage, j’ai fait un essai sur cheveux sales, juste avant le shampoing.  J’ai bien fait car c’est difficile d’avoir la main légère avec cette chose. Ou du moins, j’ai du mal.

Mais j’ai en quelque sorte trouvé une autre utilité à cette huile: la fonction de démêlant magique!  Pour vous donner le topo, je redoute à chaque fois l’épreuve du peigne qui accompagne le shampoing car mes cheveux sont un bordel ayant subi plusieurs jours de crêpage et de laque, qui ferait le bonheur de tout aspirant rastaman.

Bref, après avoir enduit mes longueurs de Mythic Oil, le peigne passe comme … (j’allais faire une comparaison sexuelle très imagée, mais je vais m’abstenir).  Après le shampoing, à nouveau aucun problème notable pour démêler.

J’ai réitéré l’opération plusieurs lavages de suite, pour être sûre qu’il n’y ait pas d’effets secondaires à la longue (cheveux devenant graisseux – je veux dire, des racines aux pointes), mais il n’y en a pas!  La flemmarde que je suis est contente car ce produit est plus simple et rapide à utiliser que le masque réparateur que j’utilisais en guise d’après-shampoing.  Il se peut donc que je rachète ce produit ET l’utilise!

Merci donc à Carole et au Monsieur L’Oréal qui veut qu’on fasse sa pub.


Il y a quelques jours, la toile s’est emportée suite à la publication d’une photo montrant des mannequins aux proportions moyennes dans un magasin.  On lisait partout qu’il s’agissait d’une initiative de H&M, qui aurait utilisé des modèles taille 38 à 42 et de morphologies réalistes afin que leurs clientes puissent s’identifier.  Finalement, H&M a démenti l’information, mais il n’en reste pas moins qu’une enseigne suédoise inconnue a utilisé de tels mannequins.

HM

Ce qui est intéressant dans cette histoire, c’est le buzz qu’une simple photo a pu créer et l’enthousiasme des internautes.  Quand Karl Lagerfeld déclare que « personne ne veut  voir des femmes rondes dans la mode », il semblerait bien qu’il ait tort!  Ou du moins, le public serait prêt à voir des femmes plus rondes que ce qui défile actuellement, car on ne peut pas dire que les modèles de la photo soient excessivement en chair…

Justement, cela a valu un certain mécontentement chez les « + size » qui se sont encore une fois senties laissées-pour-compte.  Et a l’opposé, les filles naturellement très minces ont rappelé qu’il ne fallait pas tomber dans l’excès inverse  et faire de la discrimination « anti-maigre ».  Alors, oui à la diversité, mais à la vraie diversité!

Enfin, « vraie diversité »…  Si ces mannequins aux formes « généreuses » ont été aussi bien accueillis, c’est aussi parce qu’ils présentent des formes esthétiques et une silhouette particulièrement harmonieuse, ce qui est loin d’être le cas de tout le monde.  Pour être vraiment représentatif du peuple, il faudrait aussi montrer des ventres proéminents, des culottes de cheval, des jambes poteaux… Mouais, pas sûr que ça vende!  Une question se pose alors: jusqu’à quel point les femmes veulent-elles s’identifier aux mannequins? 

Pour l’heure, je suis en tout cas satisfaite.  Alors que je passais un coup de gueule il y a quelques mois dans cet article, il semblerait que l’industrie de la mode reconnaisse enfin les femmes qui ne font ni du 34, ni du 44.  Avec ces mannequins suédois, nous ne devons plus « assumer nos formes » qui sont en réalité tout à fait moyennes, non, nous les vivons… normalement.
Alors, c’est sûr que les mannequins taille 38 ne vont pas (re-)devenir la norme du jour au lendemain, mais un tel buzz est un bon début pour changer les mentalités… Et si H&M en prenait de la graine?

Les ami(e)s, il est temps que nous parlions de quelque chose d’essentiel: les cheveux, et plus particulièrement les colorations.

Voilà déjà plus de trois mois que je suis passée du côté blond de la force, optant pour un « ombre hair » ou « balayage tie & dye« , même s’il y aura toujours un emmerdeur pour dire que ça n’est pas la même chose. Le concept: avoir une couleur plus foncée aux racines que sur les longueurs.  Perso, c’est ma couleur naturelle qui sert de base, soit un châtain clair (que les coiffeurs nomment « blond moyen cendré » histoire de simplifier les choses).  Mes mèches décolorées débutent au niveau des yeux pour un effet « je suis allée surfer il y a six mois » (même si je déteste la chaleur, le sable et tout ça), contrairement à d’autres filles qui décolorent uniquement leurs pointes de plusieurs tons pour un effet plus contrasté.  Comme une image vaut mille mots, je vous laisse observer le résultat.

Merci Photo Booth!

Merci Photo Booth!

Si vous aimez ce look, je ne peux que vous conseiller de l’adopter car:

  1. L’entretien est super facile.  Pas de « racines », donc pas de visite chez le coiffeur tous les deux mois pour faire une retouche, donc pas de compte en banque qui fait la gueule.
  2. Quand vous attachez vos cheveux, on voit principalement votre couleur naturelle.  Vous pouvez ainsi aisément quitter votre étiquette de blonde.
  3. En gardant votre couleur naturelle près du visage, vous évitez les faux pas.  Car la colo fraichement refaite qui jure avec le teint, c’est pas in du tout.

Comment obtenir ce résultat?  Sincèrement, allez chez le coiffeur.  Les balayages maison devraient être interdits depuis 2001, à moins de vouloir ressembler à un zèbre.  Perso, je suis allée chez Camille Albane, rue du Bailli, à Bruxelles.  Les coiffeurs sont à l’écoute, doués et connaissent la technique.  Rien à voir avec la connasse qu’on a déjà toutes rencontrée et qui arrive à louper une coupe super basique.  Ce n’est pas bon marché, mais les prix ne sont pas extravagants.

A qui cela convient?  A celles qui ont les cheveux longs (ou limite mi-longs) et pas trop clairs.  Le top du top étant d’avoir un effet wavy pour parfaire le look, mais je vous rassure: on peut tout à fait s’en passer.

Comme vous le démontrent ces photos, il y a de nombreuses manières de porter le « ombre hair« .  Celles qui ont les cheveux foncés auront cependant plus de possibilités en ce qui concerne les contrastes.  De plus, pas besoin d’aller d’office vers le blond: les teintes ambrées ou caramel peuvent également être du plus bel effet!  Et si vous êtes casse-cou, vous pouvez aussi teindre vos pointes en rose ou toute autre couleur WTF, mais ne vous vexez pas si des touristes vous prennent en photo.

De Dree Hemingway à Selma Hayek, c'est la fête!

De Dree Hemingway à Selma Hayek, c’est la fête!

Pour finir, je ne peux que conseiller à celles qui n’ont plus refait leur colo depuis un an de faire genre « c’est fait exprès, ne connais-tu pas le tie & dye, petit abruti? », histoire de masquer leur laisse-aller.  La prochaine fois, on parlera des chignons cache-misère, coiffure idéale quand on zappe la case shampoing.  Je suis sûre que ce sujet nous réunira toutes!


La Saint-Valentin, ça écœure tout le monde (à part les 5% « d’Anémone et Kévin », experts en Dcl@r@ti0n d'<3 et montages Paint, mais nous ne prendrons pas en compte cet échantillon).  Seulement voilà, tant qu’on ne remplacera pas cette fête par quelque chose de plus cool, genre un jour férié, il faudra trouver un moyen de passer cette journée de la façon la plus optimale possible.  Suivez le guide.

Vous êtes célibataire

Les options suivantes sont interdites:

– Ruminer chez vous en vous goinfrant de SchokoBons.  Déjà que vous êtes célibataire, vous n’allez pas en plus devenir grosse et aigrie!

– Sortir vous saouler avec vos copines, gueuler « les mecs, c’est tous des cons! » et raconter à un inconnu votre peur de voir vos ovaires pourrir d’inutilité.  Même la fois où vous aviez écrit bourrée à votre ex, vous n’étiez pas tombée aussi bas.

L’option digne et classieuse: organiser un pyjama party, regarder Extreme Makeover, commander des pizzas et faire des tests.  Franchement, qui a besoin d’un mec quand on a des copines aussi cool?

join-girls-night-celebrate-valentines-day-ecard-someecards

Ces conseils ne concernent pas les personnes nouvellement célibataires qui ont le droit de se mettre minable et de profiter de la générosité de leurs amis pour leur tenir les cheveux pendant qu’ils cracheront vomis et larmes.

 

Vous êtes en couple depuis peu de temps

C’est la passion, vous faites des arrêts cardiaques deux fois par jour quand vous recevez un SMS, on a compris.  Vous voulez donc fêter la Saint-Valentin, ne serait-ce que par revanche pour toutes les fois où vous avez fait votre Bridget Jones.

Vous vous abstiendrez cependant d’offrir un cœur en peluche ou toute autre niaiserie du genre un porte-clé avec vos noms gravés, ça vous foutra la honte quand vous y repenserez dans dix ans.  Vous éviterez aussi de sauter sur l’occasion pour lui demander d’emménager avec vous, d’arrêter la capote, ou n’importe quoi d’autre qui pourrait ruiner votre existence.

L’option digne et classieuse: se faire un restau en toute simplicité, porter un nouvel ensemble de lingerie (achat toujours utile pour espacer vos lessives) et lui offrir un cadeau peu cher et pratique, du genre des écouteurs s’il a cassé les siens (les mecs aiment les cadeaux utiles).

love-not-valentines-day-ecard-someecards

Ces conseils ne concernent pas les personnes en couple depuis seulement quelques semaines, qui doivent encore donner l’impression d’être super détachées, et qui iront donc boire un simple verre, histoire de.

 

Vous êtes en couple depuis longtemps

Dans le fond, vous avez déjà tout vécu, dit « je t’aime », porté des sous-vêtements dépareillés devant lui, paradé avec les jambes qui picotent (qu’il ose vous faire une remarque, avec sa barbe de 20 jours!) et vous avez même peut-être un chat.  Bref, la Saint-Valentin, ça ne vous excite pas plus que ça.

Vous vous abstiendrez cependant d’en faire une excuse pour vous taper dessus, du genre dire qu’on se fiche du 14 février, puis tirer la gueule sous prétexte qu’il ne vous a rien offert.

Pour éviter de créer l’enfer dans vos 40m2, je vous propose donc l’option digne et classieuse: décider à l’avance de ce qui vous tente (un restau avec d’autres amis, un ciné, un week end à la mer, rien du tout car vous avez examen d’Anglais le lendemain).

535761_489994911037440_276070865_n

Ces conseils ne concernent pas les couples de gauchos qui vont saouler tout le monde sur Facebook avec leurs « Faites l’amour, pas les magasins! ».

 

Vous êtes « it’s complicated »

Cette catégorie regroupe diverses situations, mais certaines règles s’imposent:

– Si vos conversations avec le crush consistent pour le moment à dire « Salut, ça va? », vous vous retiendrez de lui proposer quelque chose le soir du 14 car ça lui mettrait grave la pression.

– Si vous avez une relation intime avec quelqu’un, mais non officielle, vous vous abstiendrez de montrer que vous attendez quelque chose de particulier.  Mais ne faites pas non plus la morte, ça serait super awkward.

L’option digne et classieuse: Envoyer « Joyeux Noël! » comme SMS, histoire de montrer comme vous êtes une fille spirituelle.  Ou proposer une sortie, l’air de rien: « J’ai des potes qui vont au Tavernier, jeudi.  Si tu n’as rien à faire, tu es le bienvenu! ». PS: l’alcool aidera les plus réservés.

ringvday
Ces conseils ne concernent pas les plus téméraires qui débarqueront saouls chez la target à 2h du matin pour baiser.


Autour de moi, les gens passent leur temps à regretter leur « jeunesse », ambiance après-midi scrabble dans la cafèt’ du home, alors qu’ils ont genre 23 ans.  La période des « premières fois » avait certes son charme, mais la vingtaine, c’est sympa aussi.  La preuve en 13 arguments.

1. Si votre boss vous lourde, vous pouvez théoriquement le traiter de trou du cul et vous tirer de là, sans avoir de mot dans le journal de classe. (Ceci est néanmoins déconseillé si vous voulez garder votre gagne-pain.)

2.  Vous n’êtes plus obligé de faire des maths.  Ni du sport!  Vous pouvez même oublier ce qu’est un triangle isocèle.

3.  Vous pouvez vous maquiller les yeux comme un raton laveur et porter des talons de 10 cm sans être traitée de pute.  Rappelez-vous, vos deux couches de mascara perturbaient la frustrée de la classe qui ne mettait que du Labello teinté, et encore, c’était les jours de grand craquage.

4.  Quand vous rentrez dans une parfumerie, vous êtes prise hyper au sérieux.  Genre, on ne vous soupçonne pas de venir uniquement pour tester tous les gloss et partir les mains vides.

5. Vous pouvez sexer tranquillou sans que personne n’ait quelque chose à redire.  Plus besoin de bidouiller vos parents pour aller tailler une pipe dans les toilettes du cinéma, vous êtes liiiibre!

tumblr_m8nsc8o51F1qi7ul8o1_500

6. D’ailleurs, vous pouvez faire ces cochonneries chez vous car vous possédez probablement votre propre appartement.

7. Enchainement d’avantages: vous pouvez rentrer à pas d’heure, cuire des pâtes sans faire la vaisselle immédiatement après, casser un verre au passage et vomir lamentablement dans la baignoire sans devoir inventer une histoire de take away chinois qui est mal passé. (Ok, petit désavantage: personne ne va s’occuper de ce foutoir à votre place.)

 
8. Vous pouvez vous abstenir de manger un seul légume pendant des mois.

9. Quand vous sortez avec quelqu’un, on ne vous infantilise pas en vous demandant « Et alors, tu as un amoureuuuuuux? », alors que bon, l’amoureux, il a déjà exploré le fond de votre palais avec sa langue.

10. Justement, si vous êtes avec quelqu’un qui vous plait vraiment, vous n’avez plus à attendre 14 ans, 8 mois et 22 jours avant votre 30e anniversaire, soit l’âge convenable pour commencer à penser (doucement) à des trucs de vieux, genre arrêter la pilule.

11. Vous n’avez plus à évoquer ce soi-disant problème de boutons pour demander la pilule.  D’ailleurs, vous n’avez PLUS de boutons.  Et pas encore de rides, haha!

12. Vous pouvez faire plein de tatouages et de piercings, sans avoir à demander la permission.  Sauf que maintenant, vous n’y tenez plus trop, à ce trou à l’arcade…. Dommage!

13. Vous pouvez voter, mais ça on s’en fout un peu.

tumblr_mghmwf5Rq01qdu2m7o1_500


Vendredi soir, j’ai réussi à me convaincre que regarder « Mean Girls 2 » m’aiderait à réaliser ce travail pour lequel je dois relooker l’affiche de « Mean Girls 1 » (choix du film non imposé par le prof, vous imaginez bien).

Pour rappel, « Mean Girls », ou « Lolita malgré moi » en VF, est un film culte pour les filles de ma génération, datant de 2004.  On y voit Lindsay Lohan dans le rôle d’une jeune fille fraiche et innocente qui débarque pour la première fois dans un lycée américain.  Elle a affaire aux pétasses les plus populaires de l’école, avant d’en devenir une, puis de finalement redevenir normale parce que sinon ça craint.

L’œuvre originale

L’œuvre originale

Quand j’ai appris qu’un « Mean Girls 2″ était sorti en 2011 avec d’autres acteurs, je me suis dit que ça puait la daube à 3 kilomètres.  Quoi, une version « génération jean slim » de ce chef d’œuvre cinématographique?!  Pas possible!

Petite parenthèse: les vieux cons de ma génération ont tendance à snober leurs cadets pour qui Britney Spears (point de repère ultime) n’est pas une chanteuse pop super cool  mais une trentenaire cinglée et dégoutante.  D’ailleurs, les gars, à mon époque, porter un pantalon moulant relevait du suicide social, alors ne la ramenez pas trop!

Dépassant mes aprioris sur cette génération de jeunes ignorants, j’ai fait péter l’abonnement Purevid.  Et là, excellente surprise: le film est plus que regardable!

L'objet de l'analyse cinématographique

L’objet de l’analyse cinématographique

Apriori n°1: l’héroïne

Pour moi, Lindsay Lohan était indétrônable.  Avant de devenir un cas soc’ hollywoodien, cette jeune fille d’un an mon ainée ne m’inspirait que du positif: bouille saine über cute et chevelure auburn totalement magnifique.  Bref, il y avait de la pression sur les épaules de Jo, la nouvelle héroïne.  Et bien l’actrice Meaghan Martin, blondinette au teint pâle et au look casual rock, m’a directement inspiré de la sympathie.  Je ne suis pas déçue!

Jo et moi, on a vaguement les mêmes cheveux, ce qui est un bon point pour elle.

Jo et moi, on a vaguement les mêmes cheveux, ce qui est un bon point pour elle.

Apriori n°2: les « mean girls »

A quoi allaient ressembler les nouvelles « Plastics« ?  Délaissant leurs bas de trainings en peau de pêche rose so pas 2011, elles adoptent le look de peste friquée inspiration Gossip Girl: robes girly et headbands.  Je salue la prestation de Maiara Walsh, dans la peau de la Queen Bee, qu’on avait déjà pu apercevoir dans des rôles similaires dans les séries Desperate Housewives (l’abominable nièce de Carlos Solis) et Switched at Birth (mean bitch lycéenne dans toute sa splendeur).

You know you love me, xoxo!

You know you love me, xoxo!

Apriori n°3: le scénario

Ce n’est pas parce que tous les teen movies américains suivent globalement le même schéma que « Mean Girls 2 » pouvait se permettre de raconter exactement la même chose!  Heureusement, les réalisateurs ont non seulement changé quelques détails, mais ont aussi modifié le déroulement de l’histoire.  Genre l’héroïne ne va pas s’infiltrer dans la bande des Plastics, mais créer un contre-pouvoir, tout aussi maléfique, appuyé par un look à la Avril Lavigne période « je ne vends plus de disques ».

Des lycéennes qui posent de manière très naturelle dans les couloirs de l'école.

Des lycéennes qui posent de manière très naturelle dans les couloirs de l’école.

Bref, « Mean Girls 2  » vaut le détour pour les fans de la version originale, même si ce film n’aura jamais de réplique culte du genre « In the real world, Halloween is when kids dress up in costumes and beg for candy. In Girl World, Halloween is the one day a year when a girl can dress up like a total slut and no other girls can say anything else about it. ».